Grab your Stick !

Le formidable blog jeux vidéo d'Aurionis

11 mai 2011

Test de Barbie Aventurière (Playstation)

Ce test a été publié sur jeuxvideo.com la semaine dernière, je vous le livre tel que je l'ai écrit, sans les éventuelles modifications apportées par le site.

Barbie peut tout faire. Tour à tour gymnaste, détective, mannequin ou encore cavalière, la célèbre poupée nous a dévoilé ses talents dans de nombreux jeux vidéo. Pour sa dernière apparition sur Playstation, en 2001, elle se glisse dans la peau d'une aventurière et nous emmène aux quatre coins du monde. Tremble, Indiana Jones, la relève arrive !

Tout commence dans un musée. Le directeur fait part à Barbie, journaliste, de son désir de mettre la main sur les pièces manquantes d'un miroir antique qu'il avait découvert étant jeune. Par chance, Barbie propose son aide et part retrouver les quatre artefacts disséminés à travers la planète. On arpentera donc les sommets tibétains, le désert égyptien, la jungle africaine et une dernière zone à déverrouiller, chaque environnement étant divisé en trois niveaux et un boss final. Barbie Aventurière est donc un jeu de plateformes, que l'on sent inspiré par la série Crash Bandicoot. Chaque niveau est un long couloir parsemé d'embûches qu'il faudra surmonter, qu'il s'agisse d'animaux sauvages, de mécanismes à activer ou encore de crevasses sans fond, ce qui ne sera pas une mince affaire. Fort heureusement, il est possible de calibrer la difficulté du jeu, autrement dit le nombre de vies allouées pour chaque niveau : dix, quinze ou vingt. De plus, en ramassant dix petits coeurs, Barbie gagne une vie supplémentaire. Si pour finir un niveau il suffit d'en atteindre la ligne d'arrivée, il faudra aussi récupérer tous les cristaux qui s'y trouvent, indispensables pour terminer le jeu à 100%.

Barbie dispose d'une palette de mouvements conséquente, qu'un niveau-tutoriel nous apprendra à maîtriser. A défaut de pouvoir attaquer, il sera ainsi possible de courir, marcher (utile sur un sol fragile), escalader, pousser ou tirer des objets, faire des roulades, actionner divers mécanismes, et bien entendu sauter. Un mouvement qui, aussi anodin soit-il, se révèle particulièrement ardu, la faute à une maniabilité trop rigide. Doser la puissance de son saut ou en changer la direction demandent bien des efforts, pour un résultat minime qui verra souvent notre héroïne finir au fond d'un gouffre. De plus, les sauts doivent être millimétrés, le jeu ayant la fâcheuse tendance de nous faire traverser les plateformes s'il juge notre saut insuffisant. Pour un jeu de plateformes, une telle rigidité est vraiment regrettable, d'autant plus que les autres mouvements répondent correctement. Difficile d'imaginer les jeunes filles, à qui s'adresse bien évidemment le jeu, s'amuser devant ces phases de plateforme bien trop difficiles à jouer. Barbie récupèrera également divers bonus temporaires au fil de son aventure : l'invulnérabilité, les chaussures à ressort, la lampe magique qui dévoile les passages secrets, le pouvoir de ralentir les plateformes, les chaussures de randonnée, qui adhèrent aux sols glissants, et enfin les chaussures de course, qui rendent les mouvements les plus basiques très difficiles à maîtriser. Chaque niveau propose son lot de mécanismes et d'énigmes à résoudre, allant du simple Simon (la reproduction d'une séquence de sons) aux dalles piégées. Dans l'ensemble, rien de très compliqué, même s'il faudra parfois tâtonner tant la résolution de l'énigme est obscure.

L'aspect graphique du jeu est plutôt plaisant. S'il demeure un manque évident de finesse, en particulier concernant les animations des personnages, on prend plaisir à traverser ces niveaux colorés, reprenant la faune et la flore des continents visités. On regrettera en revanche que la caméra prenne un malin plaisir à se placer trop près de Barbie pour que l'on voie ce qui nous attend, nous révélant parfois un trou à la dernière seconde, nous empêchant d'évaluer correctement les distances entre les plateformes ou nous masquant une partie de l'énigme pourtant nécessaire à sa résolution.
On a également droit à des cinématiques au début et à la fin du jeu, de très bonne facture.

La bande son de Barbie : Aventurière est à double tranchant. Si les quelques musiques proposées sont réussies, elles n'interviennent qu'à certains passages des niveaux, nous laissant le reste du temps en compagnie de sons d'ambiance et de bruitages à la fois répétitifs et particulièrement agaçants, à l'image du son provoqué par la récolte d'un cristal. Barbie nous accompagne de sa douce voix, distillant des conseils avisés (« attention aux tornades ! ») et s'extasiant devant la faune locale (« oh, un éléphant ! »).

En ce qui concerne la durée de vie, le jeu n'a pas de quoi rougir. On compte douze niveaux dont la durée varie entre cinq et quinze minutes, et quatre boss rapidement expédiés. Ceci dit, il faudra apprendre toutes les subtilités des niveaux, ce qui implique bien souvent d'y laisser toutes les vies à notre disposition, quelle que soit la difficulté choisie. D'ailleurs, il est conseillé de sauvegarder après chaque niveau, le moindre game over obligeant à recharger une partie, et donc à tout recommencer si l'on a oublié de sauver sa progression. Pour les plus acharnés, il est possible d'arpenter une nouvelle fois chaque niveau pour en récupérer tous les cristaux éventuellement oubliés lors de la première visite. Un mode deux joueurs est présent, et consiste en une course jusqu'à l'arrivée de chaque niveau. De quoi rehausser la durée de vie déjà conséquente du jeu, et apporter le fun dont manque cruellement le mode solo.



Graphismes : 12/20
Colorés et en phase avec les environnements traversés, les graphismes souffrent en revanche d'un manque de finesse qui, au final, rend quelques niveaux vraiment vilains. Les cinématiques sont, en revanche, de bonne qualité.

Jouabilité : 07/20
Le jeu aurait pu être un bon petit jeu de plateformes s'il n'était pas plombé par une maniabilité désastreuse pendant les sauts, et un peu trop rigide le reste du temps. Il est en revanche assez complet, et propose des énigmes agréables à résoudre, à défaut d'être toujours très claires.

Durée de vie : 12/20
Quinze niveaux qui promettent quelques heures de jeu, même s'il faut avoir les nerfs solides pour en voir le bout. Finir le jeu à 100% demandera un investissement conséquent. Le mode deux joueurs vient ajouter un peu de piment à l'aventure.

Bande son : 08/20
Des musiques de qualité, mais trop peu présentes et qui laissent place à des bruitages kitch répétés à l'envi. Dommage !

Scénario : 13/20
Barbie joue les Indiana Jones et part à la recherche de quatre artefacts. Un scénario qui, certes, tient sur un post-it, mais qui parvient à réveiller la flamme de l'aventurier qui sommeille en nous. Et puis, on voyage !


Note générale : 10/20
Finalement, cette aventure de Barbie laisse un goût amer. Si le jeu propose un concept sympathique, déjà éprouvé dans d'autres séries, il est terni par de nombreux défauts, à commencer par une maniabilité bien trop rigide qui transforme chaque phase de plateformes en une véritable plaie. Le jeu se montre au final très moyen, sans grande qualité ni réelle originalité. Barbie : Aventurière s'éloigne ainsi de son public de prédilection, et ne devrait pas tenter grand monde. N'est pas Indy qui veut.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire