Grab your Stick !

Le formidable blog jeux vidéo d'Aurionis

29 novembre 2014

[MàJ] Test de Streets of Rage (Megadrive)

Avant propos : ce test de Streets of Rage est une version enrichie et modifiée du test déjà présent sur ce blog. Il a été conçu dans le cadre d'une série de tests sur la trilogie SoR pour un site amateur, qui n'en a publié que le premier volet. Si ce texte peut donc se retrouver ailleurs sur l'Internet, les tests de Streets of Rage 2 et 3 seront totalement inédits ! Bonne lecture :)



Revenons quelques années en arrière, en ce temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître. Nous sommes au tout début des années 90, et la guerre opposant Nintendo et Sega bat son plein, chacun voulant sa part du gâteau. On s'affronte à coup de licences phares, Sonic et Mario en tant que porte-drapeaux. Pourtant il faut bien reconnaître qu'en matière de beat them all, genre ultra populaire à l'époque, Big N a pris une longueur d'avance. Double Dragon avait fait le bonheur des joueurs sur NES, tandis que l'adaptation Super NES de Final Fight, grand classique de l'arcade, s'apprête à débouler. Pour rester dans la course, Sega fait appel à la Team Shinobi, déjà responsable du sympathique Golden Axe, et lui demande un beat'em all urbain. C'est dans ce contexte que le monde découvre... Streets of Rage !


KNUCKLES AND BAD GUYS

Le scénario du jeu, volontairement simpliste, semble emprunter aux films d'action des années 80 : une ville jadis paisible est désormais aux mains d'un terrible syndicat du crime dirigé par le méchant Mister X. Trois jeunes policiers, lâchés par leurs supérieurs, décident de répandre la justice et les mandales par eux-même. Nos trois héros ont pour noms Axel, Blaze et Adam, et devront donc faire face à des hordes de crapules afin de rétablir l'ordre en ville. Tout ça en une seule nuit ! Fort heureusement, nos combattants maîtrisent chacun un style de combat qui leur valent des caractéristiques différentes : Blaze est une demoiselle agile, mais frappe moins fort qu'Adam, qui assure le rôle de gros bras de l'équipe. Le blondinet Axel est pour sa part le personnage le plus équilibré de la bande. Une fois le choix de notre justicier effectué, nous voici plongé dans les rues malfamées de la ville...

C'est alors que commence la tatane ! En bon beat'em all, Streets of Rage (Bare Knuckle dans sa version japonaise) s'appuie sur un gameplay simple et pas vraiment subtil dit du « matraquage de bouton d'attaque », qui permet de s'amuser immédiatement et de faire leur fête aux punks qui peuplent les rues de la ville. Il ne faut cependant pas se limiter à un bourrinage en règle, car le jeu propose bien d'autres manières de vaincre nos ennemis. En effet, nos héros peuvent également utiliser des armes ramassées par terre, sauter (et donc utiliser des attaques sautées) et agripper leurs assaillants pour les frapper, les projeter ou encore sauter par-dessus, un mouvement d'esquive bien pratique pour peu qu'on soit encerclé ! Ce gameplay emploie seulement deux boutons de la manette de la Megadrive, tandis que le troisième est employé pour l'attaque spéciale : l'appel à la police. Une fois par vie et par personnage, il est possible de demander un peu de renfort, et nos collègues envoient alors un missile affectant tous les ennemis à l'écran.

Notre progression au sein de Streets of Rage est somme tout assez classique. Le titre est composé de huit niveaux, au sein desquels on évoluera en éliminant les différentes vagues d'ennemis et en ramassant divers bonus (points, vies supplémentaires...), et ce jusqu'aux boss. Plutôt coriaces, il demandent une bonne analyse de leurs mouvements pour être vaincus. En solo, ce schéma répétitif couplé à un gameplay sans vraie surprise peut lasser, mais ce serait oublier que Streets of Rage, c'est aussi et surtout un mode multijoueurs ! Un ami peut rejoindre la partie à tout moment, décuplant par la même occasion le plaisir de jeu. À deux, les ennemis sont plus nombreux, on compte deux boss à la fin de chaque niveau, l'entraide est indispensable et certains combos ravageurs peuvent être exécutés. De plus, il est possible de se frapper entre joueurs, ce qui ne manquera pas d'entraîner des crises en tout genre (de rires ou de nerfs, à vous de juger). Indéniablement le gros point fort du jeu, du point de vue gameplay en tout cas !


QUE LA BASTON EST BELLE...

Car Streets of Rage dispose également de solides atouts concernant sa réalisation. Côté graphismes, on est plutôt gâtés, avec des environnements urbains très réussis, fourmillant de détails et contribuant à l'ambiance unique du titre. On visitera un quartier commerçant et ses néons bariolés, des rues sombres dans lesquelles il ne fait pas bon traîner, une plage, un bateau, bref : on voit du pays. Les personnages quant à eux ne déméritent pas, avec des sprites soignés et un beau panel d'animations qui donnent aux combats de rue un vrai cachet. Un petit bémol cependant à propos des ennemis que l'on croisera, puisqu'ils sont pour la plupart des variations autour de quatre ou cinq sprites de base. Bastonner pendant huit niveaux des ennemis presque identiques finit par lasser, heureusement les boss apportent un peu de diversité, avec leur aspect massif plutôt impressionnant.
Pour ce qui est de la bande-son, le titre de la Team Shinobi nous offre une partition presque parfaite. Si les cris digitalisés des personnages et les bruitages sont tout à fait corrects, c'est bel et bien par les différents thèmes qu'il offre à nos oreilles que le jeu ébahit !

Composée par le célèbre Yuzo Koshiro (que l'on retrouvera plus tard à l'office sur Shenmue, Castlevania ou plus récemment sur Mamotte Knight), la soundtrack de Streets of Rage est un modèle du genre, un classique indémodable de la Megadrive. Chaque niveau offre son lot de sonorités cultes pleines de punch qui ponctuent parfaitement notre progression. Cerise sur le gâteau : juste avant d'affronter un boss, la musique disparaît lentement et nous laisse le temps de stresser, avant que le superbe thème « Attack the Barbarian » ne vienne annoncer l'imminence d'un combat difficile. Jouissif, tout simplement. Si le jeu est aujourd'hui encore considéré comme un classique, c'est en grande partie grâce à cette soundtrack qui lui confère une ambiance tout bonnement unique.


Les + : De la frappe de rue de qualité
Une ambiance sonore de haut vol
Le jeu à deux, poilant

Les - : Ennemis réutilisés à l'envi
N'ayez pas peur de la répétitivité

Conclusion : Streets of Rage est un jeu tout simplement culte, amenant le beat'em all à un niveau qu'on ne lui connaissait pas. Les mécaniques classiques du genre sont appliquées à la lettre, mais sublimées par une ambiance de folie. S'il n'est pas exempt de défauts (à commencer par sa répétitivité), le titre de la Team Shinobi n'en est pas moins plaisant en solo, mais surtout inoubliable en multi ! Si l'envie vous prend de (re)découvrir Streets of Rage, sachez qu'il est désormais disponible en téléchargement sur consoles de salon, une bonne occasion de se replonger dans ce titre entré dans la légende de la Megadrive.


Note : A

Aucun commentaire:

Publier un commentaire