Grab your Stick !

Le formidable blog jeux vidéo d'Aurionis

1 décembre 2014

Test de Streets of Rage 2 (Megadrive)

Avec Streets of Rage, Sega était parvenu à lancer avec succès une nouvelle franchise sur Megadrive. D'excellente qualité, le jeu conjuguait un gameplay de qualité et une ambiance réussie, et avait su trouver son public. Il appelait tout naturellement à une suite, qui arriva en 1992, soit une petite année après le premier opus. Streets of Rage 2 a la lourde tâche d'améliorer ce qui peut l'être tout en conservant les points forts de la licence : une mission impossible ? Impossible n'est pas Team Shinobi !



BACK TO THE STREETS

Adam, Blaze et Axel, les héros du premier épisode, pensaient en avoir fini avec le maléfique Mr X. Leur joie sera pourtant de courte durée, puisqu'un an à peine après leur victoire sur le chef du syndicat du crime, le voilà qui refait surface ! Plus cruel que jamais, il enlève Adam, pensant ainsi pouvoir écraser tout résistance. La ville a à nouveau besoin de justiciers, et nos amis vont devoir reprendre du service. Cependant ils ne seront pas seuls, puisque deux nouveaux personnages font leur apparition : Skate, le jeune frère d'Adam bien décider à sauver son frangin des griffes de Mr X, et Max, un imposant catcheur qu'il vaut mieux ne pas énerver. De trois héros dans le premier épisode, le casting passe donc à quatre combattants, dont les caractéristiques sont mieux détaillées et plus nombreuses. La technique et la santé s'ajoutent aux traditionnelles puissance, vitesse et saut.

Une fois en jeu, on retrouve avec plaisir le gameplay simple et efficace que l'on avait découvert avec le premier opus. En bon beat'em all, Streets of Rage 2 nous propose de tabasser des ennemis arrivant par vagues successives, dans des niveaux résolument urbains. Les différentes capacités de nos personnages sont conservées : les coups de poings ou de pied, les sauts, les chopes et les projections sont de retour, et nous garantissent des moments de tatane simples d'accès et redoutablement défoulants. Cependant, et c'est la première grosse nouveauté qu'introduit cet épisode, l'attaque spéciale a été modifiée : exit l'appel à une voiture de police, désormais nos héros exécuteront une série de coups plus puissants, bien utiles pour se dépatouiller d'une situation délicate. Attention toutefois, puisque chaque utilisation de cette attaque grignotera quelques uns de vos points de vie ! L'autre nouveauté de Streets of Rage 2 n'est autre que la capacité de sprinter, réservée à Skate, ce dernier se déplaçant en rollers.

Pour le reste, la nouveauté se fait plutôt timide. On trouve toujours quelques objets à collecter, que ce soit pour récupérer de la santé ou pour le simple plaisir de marquer des points. Il est toujours possible de récupérer quelques armes, ayant toutes la finalité d'achever leur course dans la mâchoire des sbires inconscients qui nous arrivent dessus. Des ennemis dont on peut désormais apercevoir la barre de vie et le patronyme, ce qui peut s'avérer bien pratique. Enfin, concluons sur le gameplay en abordant le mode multi, grâce auquel les niveaux du premier épisode atteignaient des sommets de fun. Repris tel quel ou presque dans cet opus et toujours aussi efficace, il garantit aux deux joueurs d'excellents moments, tantôt en collaboration, tantôt en se mettant sur le coin du nez. Car ne l'oublions pas, le friendly fire est un composant essentiel d'un multi réussi. Parcourir à deux les huit niveaux du jeu est indéniablement plus distrayant, seuls les boss vous diront le contraire. Mais... huit niveaux, chacun se concluant par un boss, ça ne sentirait pas un peu le réchauffé ? Nenni, ami lecteur, nenni !


TA TÊTE, TON CUL... QUELLE DIFFÉRENCE ?

En effet, s'il reprend un schéma similaire à celui du premier épisode, à savoir huit niveaux se déroulant de nuit dans une ville malfamée (dont le classique stage se déroulant dans un ascenseur), Streets of Rage 2 est bien moins linéaire que son prédécesseur. Prenons l'exemple du premier stage : là où le premier Streets of Rage nous proposait une rue commerçante bardée de néons colorés, celui de Streets of Rage 2 débute dans une rue avant de se poursuivre dans un bar plein de voyous, et de se conclure dans l'arrière-cour de l'établissement. Chaque niveau part ainsi d'un lieu de base - rue, fête foraine... - et nous promène dans plusieurs tableaux. De plus, on a parfois droit à une confrontation avec un boss de demi-niveau. Il en résulte des niveaux un poil plus longs et beaucoup plus intéressants puisqu'un peu mieux mis en scène.

Les décors, détaillés et plus variés qu'auparavant, représentent une évidente amélioration graphique. Mais ce qui frappe plus encore, ce sont les sprites des personnages, héros ou ennemis, bien plus fins et travaillés que dans le premier épisode. On perd peut-être le côté « pixellisé », qui avait son charme, mais ce nouveau design fait davantage honneur aux capacités de la console de Sega. Cependant, malgré la qualité globale du design de nos ennemis, et en particulier des boss, il faut reconnaître que la diversité fait encore défaut à cet épisode de Streets of Rage : tout au long du jeu, on combattra des ennemis tournant vite en boucle. Les punks du premier opus sont de retour, et n'ont pour ainsi dire pas amené de nouveaux amis avec eux. Dommage. Ceci dit, le jeu parvient à conserver ce qui faisait tout l'attrait de son aîné : une ambiance d'exception portée par une bande-son magistrale ! Yuzo Koshiro remet le couvert et nous offre une nouvelle fournée de thèmes d'anthologie, au moins équivalents à ses précédentes compositions. Couplés à des cris digitalisés soutenant l'action avec brio, ces morceaux contribuent à faire de Streets of Rage 2 le digne successeur d'un premier opus pourtant quasi irréprochable... Il faut bien le reconnaître, Sega, c'est plus fort que toi.


Les + : La Megadrive à son maximum
Toujours plus défoulant
Des ajouts bienvenus...

Les - : ... Mais peu nombreux
Toujours répétitif

Conclusion : Monument absolu du beat'em all sur Megadrive, Streets of Rage 2 est un peu l'élève dépassant son maître. Réutilisant les recettes du premier opus en modifiant avantageusement ce qui devait l'être, graphiquement épatant, musicalement impeccable, le titre de Sega entre sans peine au panthéon de la console. Au niveau des reproches, on pourrait citer un brin de répétitivité et une durée de vie un peu juste. Mais à quoi bon, Streets of Rage 2 est un pan de l'histoire du beat'em all, un incontournable disponible en téléchargement sur toutes les consoles de salon sur lequel vous feriez bien de jeter votre dévolu !


Note : S

Aucun commentaire:

Publier un commentaire